Votre conte d'Halloween

Publié par Delphine Basson Psychologue

Votre conte d'Halloween

Il était une fois, il y a fort longtemps, une jeune femme grande, mince, élancée avec une belle chevelure blonde qui la rend visible la nuit. Elle vivait seule dans son manoir, où vivait aussi une grosse bête poilue qui voulait la dévorer. Elle était aidée par deux vieux domestiques qu'elle avait toujours connus ; sa cuisinière Mona et son homme à tout faire Lionel. Deux vieilles créatures voûtées et coiffées d'une chevelure gris argent. Jamais aucun d'eux ne parlait, se contentant de hocher la tête avant de partir vaquer à leurs occupations, dans un discret bruit d'étoffe froissée. La bête poilue vivait au sous-sol de la maison, elle n'avait pas le droit d'y accéder évidemment. La jeune femme blonde était terriblement curieuse, elle voulait voir à quoi ressemblait la bête, mais le sous-sol était sombre, comment y aller sans se faire repérer avec des cheveux si lumineux.

Un jour, n'y tenant plus, elle subtilisa à Mona un vieux fichu sombre dans lequel elle cacha soigneusement ses cheveux. Ensuite, toute vêtue de noir et munie d'une lampe de poche et d'un couteau de cuisine, elle ouvrit la fameuse porte du sous-sol et descendit l'escalier. Les marches étaient recouvertes de mousse et étaient très glissantes. Par deux fois elle faillit tomber mais se rattrapa de justesse. La descente de l'escalier dura environ 10 min. Elle arriva ensuite devant une petite pièce qui était bloquée de l'autre côté par des barreaux ainsi qu'une grille ayant une serrure. Elle se souvenait de sa grand'mère qui lui disait souvent que la curiosité est un vilain défaut. Mais vouloir découvrir cette bête qui vivait chez elle, dans son sous-sol, était-ce vraiment de la curiosité ?!

Cette bête poilue était-elle vraiment si méchante ? Il fallait qu'elle sache, elle voulait voir cette créature que l'on disait hideuse. Je dois ouvrir cette grille, je dois ouvrir cette grille. Enfin elle arrive devant cette grille. Délicatement, elle pose sa main sur la poignée puis tente d'ouvrir le portail. Impossible, la poignée reste coincée et complètement verrouillée. Soudain, une idée traverse son esprit : "cette bête doit être vraiment terrifiante!! Personne n'a certainement jamais réussi à ouvrir cette grille!! Pourtant, l'envie d'aller voir qui s'y cache devient plus forte que sa peur. Elle trouve un marteau et frappe dans la poignée, tout doucement d'abord, puis de plus en plus fort, jusqu'à ce qu'elle se fracasse en deux morceaux. Elle entend derrière elle un bruit, elle le reconnait ce bruit d'étoffe, la jeune femme a à peine le temps de se retourner, que ceux qu'elle prenait pour ces servants la jettent violemment dans la pièce sombre. N'y voyant rien elle n'a pas d'autre choix que de retirer le voile masquant sa chevelure. Mona et Lionel réalisent alors qu'affolés par cette présence si près de la grille ouverte, que c'est leur propre maîtresse qu'ils ont précipitée dans la pièce. Mais il est trop tard, il n'est plus possible de l'aider à en ressortir. Ils reculent d'un pas, épouvantés, pour se dissimuler dans la pénombre alors qu'un grondement sourd se rapproche. Mais je suis encore endormie, je dois rêver, une maison aussi humide, de la mousse sur des escaliers glissants, une grille qui ne s'ouvre qu'a coup de marteau, mais où suis-je !!! 

Pourquoi cette jeune et jolie femme est elle aussi mal accompagnée, pourquoi ne pas l'aider à sortir de cette galère ????
Ce grand bruit va l'aider à se réveiller et elle constatera que la nuit du 30 octobre on fait des rêves épouvantables et que cette nuit ne dure pas plus longtemps que les autres nuits .
Je suis tombée du lit, j'ai réveillé toute la maisonnée... Ils sont autour de moi, ils ont eu très peur, ils me rassurent, me caressent doucement la joue, comme maman sait le faire.
L’odeur du chocolat chaud arrive à mes narines, je suis chez moi, il faut que je vérifie que les escaliers de la cave sont fait de bois sec .
Aujourd'hui je me déguise en monstre, je tape aux portes de mes voisins pour récupérer des gourmandises, et aussi leur faire peur, puis ravie, j'irai me coucher en espérant ne pas rêver. 
bisous et bonne nuit d’HALLOWEEN

☆☆☆☆☆☆☆☆☆

Parce qu'Halloween arrive à grand pas et qu'il y a ceux qui sont pour et ceux qui sont contre...

Parce que c'est une fête celtique pour les grands et les petits...

Parce qu'il y a ceux qui aiment avoir peur et ceux qui détestent ça...

Parce que pour certains les sorcières sont toujours gentilles et pour d'autres d'horribles créatures...

Parce que les vampires et les araignées peuvent nous terrifier ou nous fasciner...

Parce que finalement, nous sommes tous des rêveurs... et que tout ça, ce ne sont que des histoires qui nous font vibrer et éveiller nos émotions...

 

Je vous propose aujourd'hui une sorte de "Battle" d'Hallowen !!!

L'objectif : Créer, chers Rêveurs, votre histoire, votre propre conte !

Je commence l'histoire et... vous continuerez en rédigeant la suite dans la partie commentaire sous l'article du blog. Faites des phrases courtes et illustrez avec des adjectifs qualificatifs pour que le texte soit plus riche. Pensez à numéroter votre production pour que le lecteur et le futur rédacteur puissent s'y retrouver.

Lâchez-vous, soyez créatifs, tout en restant cohérent avec la prose précédente. Je compléterai de temps en temps le texte du début en y intégrant vos propres créations. 

 

 

Prêt(e)s ? Je compte sur vous !!!

 

 

Il était une fois, il y a fort longtemps, une jeune femme grande, mince, élancée avec une belle chevelure blonde qui la rend visible la nuit. Elle vivait seule dans son manoir...

[...]

1. où vivait aussi une grosse bête poilue qui voulait la dévorer.

2 - Aidée par deux vieux domestiques qu'elle avait toujours connus ; sa cuisinière Mona et son homme à tout faire Lionel. Deux vieilles créatures voûtées et coiffées d'une chevelure gris argent. Jamais aucun d'eux ne parlait, se contentant de hocher la tête avant de partir vaquer à leurs occupations, dans un discret bruit d'étoffe froissée.

3. La bête poilue vivait au sous sol de la maison, elle n'avait pas le droit d'y accéder evidement. La jeune femme blonde etait terriblement curieuse, elle voulait voir a quoi ressemblait la bête, mais le sous sol était sombre, comment y aller sans se faire repérer avec des cheveux si lumineux.

4. Un jour, n'y tenant plus, elle subtilisa à Mona un vieux fichu sombre dans lequel elle cacha soigneusement ses cheveux. Ensuite, toute vêtue de noir et munie d'une lampe de poche et d'un couteau de cuisine, elle ouvrit la fameuse porte du sous-sol et descendit l'escalier.

5. Les marches étaient recouvertes de mousse et étaient très glissantes. Par deux fois elle failli tomber mais se rattrapa de justesse. La descente de l'escalier dura environ 10 min. Elle arriva ensuite devant une petite pièce qui était bloqué de l'autre coté par des barreaux ainsi qu'une grille ayant une serrure.

6. Elle se souvenait de sa grand'mère qui lui disait souvent que la curiosité est un vilain défaut. Mais vouloir découvrir cette bête qui vivait chez elle, dans son sous-sol, était-ce vraiment de la curiosité ?!
Cette bête poilue était-elle vraiment si méchante ? Il fallait qu'elle sache, elle voulait voir cette créature que l'on disait hideuse. Je dois ouvrir cette grille, je dois ouvrir cette grille...

7.Enfin elle arrive devant cette grille. Délicatement, elle pose sa main sur la poignée puis tente d'ouvrir le portail. Impossible, la poignée reste coincée et complètement verrouillée. Soudain, une idée traverse son esprit : "cette bête doit être vraiment terrifiante!! Personne n'a certainement jamais réussi à ouvrir cette grille!! "Pourtant, l'envie d'aller voir qui s'y cache devient plus forte que sa peur. Elle trouve un marteau et frappe dans la poignée, tout doucement d'abord, puis de plus en plus fort, jusqu'à ce qu'elle se fracasse en deux morceaux....

8.Elle entend derrière elle un bruit, elle le reconnait ce bruit d'étoffe, la jeune femme a à peine le temps de se retourner, que ceux q'elle prenait pour ces servants la jettent violemment dans la pièce sombre. N'y voyant rien elle n'a pas d'autre choix que de retirer le voile masquant sa chevelure.

9. Mona et Lionel réalisent alors qu'affolés par cette présence si près de la grille ouverte, que c'est leur propre maîtresse qu'ils ont précipité dans la pièce. Mais il est trop tard, il n'est plus possible de l'aider à en ressortir. Ils reculent d'un pas, épouvantés, pour se dissimuler dans la pénombre alors qu'un grondement sourd se rapproche.

Fin. Mais je suis encore endormie , je dois rêver, une maison aussi humide , de la mousse sur des escaliers glissants, une grille qui ne s'ouvre qu'a coup de marteau , mais où suis je !!! 
Pourquoi cette jeune et jolie femme est elle aussi mal accompagnée, pourquoi ne pas l'aider à sortir de cette galère ????
Ce grand bruit va l'aider à se réveiller et elle constatera que la nuit du 30 octobre on fait des rêves épouvantables et que cette nuit ne dure pas plus longtemps que les autres nuits .
------ Je suis tombée du lit, j'ai réveillé toute la maisonnée.....
.Ils sont autour de moi, ils ont eu très peur, ils me rassurent , me caressent doucement la joue, comme maman sait le faire.
L’odeur du chocolat chaud arrive à mes narines , je suis chez moi, il faut que je vérifie que les escaliers de la cave sont fait de bois sec .
Aujourd'hui je me déguise en monstre, je tape aux portes de mes voisins pour récupérer des gourmandises, et aussi leur faire peur , puis ravie, j'irai me coucher en espérant ne pas rêver . 
bisous et bonne nuit d HALLOWEEN

 

 

Publié dans vos idées